Menu

Article dans le quotidien La Nouvelle République du 20 novembre 2015

L'HÔTEL VENDÔME RENOUE AVEC SON LUXE D'ANTAN.

Du sol au plafond pour ne pas dire de la cave au grenier : l'hôtel Vendôme termine sa métamorphose.
Si la présence pendant quelques jours d'une grue faubourg Chartrain, destinée à monter les éléments d'un ascenseur, a révélé l'importance des travaux conduits dans l'hôtel Vendôme, difficile d'imaginer de l'extérieur que tout est transformé. Propriétaires depuis juillet 2014 de ce trois étoiles, (...)

Valérie et Dominique Berrurier, qui ont travaillé leur projet pendant trois ans, ont tout passé en revue. « C'était un trois étoiles sur le déclin que nous cherchions à remettre en selle. » 
Déjà propriétaires depuis mai 2003 de l'hôtel trois étoiles du Mercator qu'il a rénové, le couple espère offrir faubourg Chartrain une adresse haut de gamme. « Il s'agit d'établir une synergie entre la clientèle d'affaires et celle de tourisme avec un hôtel qui aura tout du quatre étoiles. Il existe à Vendôme une clientèle qui souhaite trouver ce confort, notamment les visiteurs des entreprises vendômoises qui travaillent à l'export. Et pour les touristes, le prestige du nom Vendôme suscite des envies chez les étrangers. Reste à ce qu'il devienne une marque attractive pour toute l'activité économique locale… » 

A l'hôtel Vendôme, c'est l'entrée d'une grande maison bourgeoise qui fait office d'accueil. « Nous avons supprimé le sas extérieur de l'entrée pour permettre aux clients d'arriver dans ce qui s'apparente à une maison du XIXe siècle, meublée Napoléon III. Nous avons remis des corniches, des grandes dalles, des parquets, soigné les luminaires, accroché des tableaux, des cadres… le tout chiné dans des salons. »  
L'établissement qui comptait trente-cinq chambres passe à trente et une chambres. En fait, six chambres en moins pour en agrandir plusieurs, dont deux suites, et permettre au rez-de-chaussée la création de deux chambres accessibles aux personnes à mobilité réduite.